Accueil Statuts Activités Agenda /Evènements Belle equipe Danses folkloriques Tennis de table Sorties pédestres Diapos randos 2017 Vidéos/Diaporamas Dessin-peinture Photos Patchwork Sophrologie Groupe lecture Atelier d'écriture Cours d'allemand Scrapbooking Contacts
Groupe lecture
Groupe lecture du 3 octobre 2017 Présenté par Madeleine, Odile et Jeanine Elle s’appelle Ruby Plus qu’un récit de voyage à vélo, le livre d’Olivia Chaloin est l’histoire d’une reconstruction. Qui est Olivia Chaloin ? Elle est née à Cali en Colombie en 1977. Bébé prématuré de 1200 grammes, sa mère n’a pas voulu d’elle et l’a abandonnée aux soins d’une infirmière.  Placée en orphelinat, elle est adoptée à six mois par la famille Dierauer, une famille Suisse Allemande, et grandit à Genève. C’est une grande chance pour cette petite fille qui est Invalide Moteur Cérébral. Elle marche d’un pas lent et irrégulier appris aux cours de longues séances de rééducation. Elle est très entourée par ses parents adoptifs, et malgré son handicap mène une enfance privilégiée, qui pourtant dès l’adolescence ne l’a satisfait pas. Un malaise s’installe au fil des années : elle ne trouve ni sa place ni ses racines dans cette société occidentale. A 24 ans, elle rencontre Yves Chaloin, sportif chevronné et passionné de voyage. C’est lui qui nous l’a décrit :   « Olivia possède la force d’une vague déferlante et l’alternance du flux et du reflux. Est-ce la marque de son entrée précipitée dans la vie, seule au pied d’un grand escalier, fragile comme une brindille sous les pas d’un géant et sans voie de secours? ………….. Mais la vie qui sait donner autant que prendre, avait réservé pour Olivia deux parents assez doux pour combler tous les vides, assez forts pour l’emmener très haut et assez compréhensifs pour l’accompagner dans ses rêves de voyages…. Pourquoi Olivia court-elle le monde à vélo alors que son handicap augmente la difficulté et qu’ils se trouvent quelques médecins indélicats pour prédire que la difficulté pourrait augmenter son handicap ?.... Mais sais-tu que tes pas maladroits et ta marche lente te préservent de l’implacable….. Comme tu dois sourire en regardant les gens qui courent, en me regardant toujours pressé par une occupation nouvelle. Est-on plus important parce que l’on vit plus vite ?.... Toi qui suis le chemin des étoiles, toi qui es née sur des terres où l’on chante, où l’on danse, où rien jamais ne presse, toi que l’âme latine rend heureuse, qui aimes rire et qui aimes que chaque jour soit une fête, c’est toujours au pied des montagnes que le fou rire te prend… » Yves qui a déjà fait un tour du monde à vélo, n’arrêtait pas d’en parler, aussi prise au jeu, Olivia dit : « Pourquoi ne pas repartir à deux ? » Un défi à relever !... Le couple se prépare longuement et minutieusement pendant un an. Olivia, malgré son handicap est une sportive, elle a déjà beaucoup roulé à vélo avec son père, elle peaufine sa préparation avec Yves. Et c’est parti pour un tour du monde de 40 000 kms sur un tandem bizarre avec un itinéraire ambitieux de déserts, de montagnes et cumulant les difficultés !!....  Ils ont ainsi traversé 26 pays et passé 60 jours en mers  sur 5 cargos privilégiant toujours la circulation lente. Nous retiendrons de leur voyage : Au départ de la Chartreuse de Pomier, les cols italiens  leur ont ouverts la voie des difficultés. De l’Italie ils embarqueront en cargo  pour l’Argentine. Ils resteront 7 mois en Amérique du Sud parcourant notamment le Paraguay, la Bolivie, le Pérou, l’Equateur et évidemment la Colombie où Olivia était allée déjà deux fois avec ses parents adoptifs. Le passage dans les Andes Péruviennes a laissé des traces indélébiles dans notre cœur nous dit- elle, car ils y  ont noués des contacts chaleureux. «  Les Andes se montent km après km : 7 cols au dessus de 4000 m. Etait-ce de  l’inconscience, de l’insouciance ou de la folie ».  «  Il fallait déjouer le réel et y croire. Ce sont de moments de grâce, des émotions intimes intenses   qu’on ne  peut   partager. La nature est si belle là-haut, elle jette sur nous un regard attendri »                                Ils ont eu chaud en Amérique centrale, ils ont été malades au Mexique et pas spécialement aimé les Etats Unis malgré le bon accueil de beaucoup d’Américains. 4 mois de voyage en Australie, 8500 km entre Melbourne et Perth avec un mois par des températures caniculaires de 45° tous les jours et un mois face à un vent de tempête tous les jours. Là, Yves a complètement craqué et c’est Olivia qui a pris le relais du tandem en pédalant avec une force décuplée pour traverser cette étape désertique, la plus dure du voyage. En Asie, ils n’ont pas apprécié le tumulte Vietnamien, l’austérité de la Chine. Seul le Laos a trouvé grâce à leurs yeux si ce n’est les moustiques. Le cargo pour l’Afrique ayant été annulé c’est un autre cargo qui les déposera en Espagne et le retour en France à leur point de départ se fera par les cols alpins.
- - - - - -
Pour corser les difficultés, ils sont  repartis deux ans après en vélo au Cap Nord en hiver, un voyage  loin d’être facile par des températures glaciales jusqu’à – 30° !!!... « Un mini tour du monde fois dix »  nous dit-elle. L’autre voyage, c’est le voyage intérieur d’Olivia, le voyage de sa reconstruction progressive. « Pour ma part, j’ai certainement enfourché ma monture en partie à la recherche de Ruby, en partie à la rencontre de moi-même ; les deux faces d’une même médaille finalement » Olivia porte en elle son handicap mais surtout la face cachée de sa naissance en Colombie. Et c’est dans ce pays,  la Colombie, qu’elle nous dévoile ses grandes émotions. «  L’envie de la traverser en vélo était vissée à mes tripes mais la peur m’envahissait. Si c’était dangereux, si çà ne me plaisait pas, si çà ne lui plaisait pas cette partie de ma vie que je tenais bien cachée au fond de mon cœur. Comment retrouver des traces de ma mère ? Vais-je revoir Mercédès et Blanca-Adiela l’avocate qui s’est occupée de mon adoption ? Va-t-elle continuer à taire obstinément l’identité de ma mère ? Je sais qu’elle connait des choses de mon histoire. Pourquoi aurait-elle disséminé autant d’indices sur ma route depuis toutes ces années ?.. Je m’invente des mamans, je construis des histoires improbables….. Je sais que je ne suis pas la bienvenue à Cali (Colombie). L’histoire de cet abandon n’est pas claire. Pourquoi m’avoir dit que mon dossier avait brûlé dans une inondation !!!...   Je ne veux pas m’imposer, juste comprendre qui  je suis et d’où je viens »…… « C’est ici que je me sens chez moi,  ce pays,  je l’aime….. Je suis une enfant du pays. J’aime tout ici : les petits villages nichés dans la montagne, la végétation luxuriante même à 4000 m d’altitude » …   Après plusieurs jours de pérégrinations, elle apprendra que sa mère est avocate, qu’elle s’appelle Ruby et qu’elle est installée à New York (c’était une très jeune fille de la haute société colombienne qui avait du abandonner son enfant conçu hors mariage) D’ailleurs les parents adoptifs d’Olivia soutiennent ses recherches. Ils seront toujours là dans la mesure du possible et une telle dose d’amour la renverse. De plus intégrer l’élément couple au sein d’un voyage de cette envergure, n’était-ce pas friser l’échec ? Chacun a du laisser de côté son individualité, apprendre à laisser de l’espace à l’autre pour préserver l’harmonie commune. Olivia a du aussi se remettre en question, briser sa fierté et oser demander parfois de l’aide à son compagnon. Olivia est tenace dans tout ce qu’elle entreprend. Toujours dans l’action, elle cultive le dépassement de soi, l’effort permanent pour atteindre le but fixé.  « Elle en aura appris des choses sur la supériorité de la nature sur l’homme, sur la force de son amour pour Yves, sur sa force à elle et sa capacité de résistance ….»  « Je peux affirmer sans détour que la monotonie du quotidien me fait horreur. Je ne suis bien dans ma peau que lorsque j’ai devant les yeux des incertitudes, des questions sans réponses, des attentes insatisfaites, des problèmes à résoudre …..»    « ce dont je suis certaine c’est que je trouve mon équilibre dans le déséquilibre…. ». Elle a renforcé sa confiance en elle et en les autres au fil des difficultés et des rencontres chaleureuses.  « En sortant de ma zone de confort, j’ai beaucoup appris au contact des autres. Surtout ne plus avoir peur, à offrir mon sourire et mon cœur, j’ai tellement reçu en retour ….». « Je sais que j’aime les autres peut-être au-delà de moi-même. Je sais que l’autre mérite respect et considération quelles que soient sa provenance, ses croyances, sa religion, sa couleur…. ». En dehors de l’exploit sportif, le parcours d’Olivia nous a interpellés.  Olivia, qui ne se satisfaisait pas de son existence triste, a su dépasser son handicap et ses incertitudes en mettant de la couleur dans sa vie. Son insatiable curiosité l’a amenée à la rencontre des autres et elle a transformé sa vie en un chant d’amour pour son compagnon qui deviendra son mari après ces 40000 Kms sur un tandem. Les nombreuses amitiés nouées, les pays avec leurs cultures différentes, les bons et mauvais jours contribueront à faire de cette jeune femme de 30 ans un exemple de courage et de volonté.  
- Groupe lecture
   ASSOCIATION DU FOYER PROTESTANT